Huawei : baisse de 32% du chiffre d'affaires, plombé par les sanctions des États-Unis

Le géant chinois des télécoms Huawei a annoncé vendredi un chiffre d'affaires en repli d'un tiers sur un an pour les trois premiers trimestres, sous l'effet des sanctions américaines. Le groupe a réalisé entre janvier et septembre un chiffre d'affaires de 455,8 milliards de yuans (71,3 milliards d'euros), a-t-il indiqué dans un communiqué.

À lire aussiPékin met en scène la libération de Meng Wanzhou, héritière de l’empire Huawei

Un an plus tôt sur cette période, Huawei avait vendu pour 671,3 milliards de yuans de biens et services. Il s'agit d'une baisse de 32,1% de son chiffre d'affaires sur un an. Sa marge bénéficiaire progresse en revanche de 10,2%, soit une performance supérieure à celle de la même période de 2020 (8%). Les activités grand public et notamment la branche smartphones ont été «considérablement affectées» par la conjoncture, a concédé le président en exercice du groupe, Guo Ping. Les activités destinées aux professionnels, comme les équipements 5G dont le groupe est un leader mondial, se sont pour leur part «maintenues».

À VOIR AUSSI - Le patron de Huawei espérait «une politique d'ouverture » de la part de l'administration Biden le 9 février 2021

Sanctions américaines

Huawei : baisse de 32% du chiffre d'affaires, plombé par les sanctions des États-Unis

Premier fournisseur mondial d'équipements réseaux et télécoms, Huawei s'est lancé en 2003 sur le créneau des téléphones portables, en utilisant Android. Il a un temps été l'un des trois principaux fabricants de smartphones au monde, avec le coréen Samsung et l'américain Apple. Et il a brièvement occupé la place de numéro un, stimulé par la demande chinoise et les ventes sur les marchés émergents. Mais les sanctions américaines, qui ont notamment coupé l'entreprise des chaînes d'approvisionnement mondiales en composants, ont plongé sa branche smartphones dans l'incertitude. «Nous n'abandonnerons pas notre activité smartphone», a assuré récemment Guo Ping à ses employés.

Huawei est depuis quelques années au centre de la rivalité sino-américaine, sur fond de guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances mondiales. Huawei s'était retrouvé dans le collimateur de l'ex-administration Trump, qui l'accusait, sans toutefois apporter de preuves, d'espionnage potentiel au profit de Pékin. En 2019, Washington a ainsi placé le groupe sur liste noire pour l'empêcher d'acquérir des technologies américaines, indispensables à ses produits.

L'administration Biden a maintenu ces restrictions. En début d'année, le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, avait appelé le nouveau gouvernement américain à «une politique d'ouverture» après les coups de l'ère Trump. Basé à Shenzhen dans le sud de la Chine, Huawei compte quelque 197.000 employés et est présent dans plus de 170 pays.

À lire aussiHuawei : «Les sanctions américaines sont à l'origine de la pénurie de puces»

À VOIR AUSSI - Ouïghours: Pékin défend Huawei face à Antoine Griezmann et aux pressions américaines le 11 décembre 2021

Face aux pressions de Washington, le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a appelé en début d'année ses salariés à accélérer la diversification du groupe. Ainsi, «les États-Unis auront très peu d'emprise sur notre développement futur», jugeait-il. En pleine rivalité technologique avec la Chine, Washington avait par ailleurs fait arrêter en 2018 au Canada, la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, sur des soupçons de fraude. L'arrestation de la fille du patron du groupe avait marqué le début d'une crise diplomatique entre Pékin et Ottawa et la détention en Chine de deux Canadiens en représailles. Après près de trois ans de procédure, Meng Wanzhou a pu retrouver la liberté fin septembre et regagner la Chine.

Mots clés:
  • comment connaître le téléphone huawei d'origine