Lin Xingshuo, directeur général de Huawei Tunisie, à La Presse : « Une véritable révolution digitale s’annonce »

En seulement 30 ans, Huawei est passée du statut d’une PME banale du Shenzhen des années 1980 à celui de leader mondial des équipements télécom et numéro 2 de la téléphonie mobile. Dotée d’une remarquable persévérance dans l’investissement sur son core business, la connectivité. Son ouverture à l’international a très tôt confirmé le potentiel de développement de l’entreprise. Elle est, en effet, leader de la 5G en nombre de brevets, leader des marchés de drones, de la génomique… D’ailleures, la Banque mondiale estime qu’entre 2020 et 2030, la Chine pourrait dépasser les USA. Ce succès a fait en sorte que la bataille de l’innovation se joue aussi en grande partie depuis la Chine.M. Lin Xingshuo, directeur général de Huawei Tunisie, révèle à La Presse les principales réalisations de Huawei en Tunisie et ses stratégies pour soutenir l’économie numérique et développer l’écosystème des start-up dans notre pays.

Vous avez eu à Huawei une année chargée d’évènements malgré les multiples confinements que la Tunisie a connus. Pouvez-vous en citer les moments forts ?

Effectivement, l’année 2021 a encore été marquée par la pandémie, ce qui a fait que l’année était riche mais également mouvementée. Je citerai quelques évènements qui ont été particulièrement importants. En mars dernier, nous avons organisé le « Huawei Tunisian Talent Day », où nous avions présenté notre livre blanc “Talents TIC en Tunisie : adéquation entre l’offre et la demande”, réalisé en collaboration avec PwC. Nous voulions, à travers cet ouvrage, présenter les résultats d’une étude sans précédent en Tunisie, basée sur des données collectées auprès des différents acteurs de l’écosystème des TIC afin de mesurer l’adéquation entre les programmes d’études universitaires et de formation professionnelle (l’offre) et les besoins et attentes du marché (la demande) en termes d’emplois et de compétences TIC. Nous avions également saisi l’occasion pour présenter une rétrospective des programmes de formations et de certifications, en plus de nos offres de stages et de formations proposées aux étudiants dans le domaine des TIC. Fin octobre, nous avons eu la chance de pouvoir assister à la cérémonie de « Femme entrepreneure ». L’inclusion des femmes dans l’écosystème TIC est un sujet très important pour Huawei, c’est pourquoi nous avons accompagné Melle Khaoula Ben Ahmed et sa start-up Gewinner dans cette édition 2021 ou à elle a reçu un prix Huawei dans la catégorie Technologies. Nous sommes convaincus que la jeune génération joue un rôle important et nous espérons que chaque talent tunisien des TIC pourra avoir une brillante carrière à l’avenir, que ce soit chez Huawei Tunisie, dans sa propre start-up ou dans d’autres endroits de l’écosystème TIC tunisien. Début décembre nous avons participé au « Digital Tunisia Days 2021 », organisé par le ministère des TIC à l’Exposition universelle 2020 de Dubaï. Cette vitrine a été une opportunité pour promouvoir les savoir-faire et innovations des acteurs Tunisiens auprès des visiteurs internationaux afin de réunir l’ensemble de l’écosystème pour la première fois autour d’un même évènement. Les start-up sont devenues un facteur incontournable de la croissance du secteur TIC et de développement de l’économie. Huawei continuera à apporter son soutien et sa contribution en tant que partenaire stratégique pour le gouvernement tunisien et tous les partenaires locaux et à soutenir la création d’un cadre propice en faveur des start-up tunisiennes. Enfin, je ne peux citer l’année 2021 sans évoquer notre rencontre avec Son Excellence Monsieur le Président Kaïs Saïed. En effet, nous avons eu l’honneur le 19 août dernier de lui rendre compte de notre stratégie à long terme en Tunisie.

La bataille de la 5 G bat son plein entre les divers opérateurs. Elle est même au cœur d’une guerre géostratégique. Quels sont les enjeux d’une telle migration pour le monde et comment vous vous y êtes préparés ?

La 5G c’est déjà une réalité, mais son développement est toujours en jeu et les entreprises continuent d’innover dans cette technologie pour révolutionner son usage à travers le monde. La cinquième génération de technologies de communications mobiles est devenue un enjeu stratégique sur lequel reposent les économies numériques modernes. Ce trend technologique est inévitable et sa mise en place nécessite du temps, car cela dépend de la stratégie du gouvernement, de l’écosystème, de la disponibilité des devices sur le marché, de l’accessibilité des prix, des scénarios d’application, de la disponibilité de la bande passante, de la disposition des opérateurs à investir, etc.

Huawei est en tête du classement des brevets 5G et notre technologie est prête à soutenir l’économie tunisienne dans sa transformation digitale. En effet, une véritable révolution technologique s’annonce, proposant des perspectives d’évolution importante et touchant des secteurs très variés. Le déploiement des nouveaux réseaux 5G marquera alors l’entrée dans un monde hyperconnecté défini par de très hauts débits, des latences très réduites, et une connectivité massive. Cette technologie permet d’envisager de nouveaux usages dans de nombreux secteurs industriels parmi lesquels le transport, l’énergie, l’industrie, la santé, l’agriculture, la sécurité publique, les services publics et les villes intelligentes. Des normes telles que la 5G permettent de traiter de grandes quantités de données pour connecter des machines industrielles et des robots, permettant ainsi le contrôle à distance, la surveillance et les actions de réparation, ainsi que l’automatisation industrielle. La 5G fera en sorte que la moitié du trafic de données mondial au cours des prochaines années ne provienne plus de l’utilisation humaine, mais soit générée par des véhicules, des machines, des compteurs, des capteurs, des instruments médicaux ou divers types d’appareils connectés en ligne sans aucune interaction humaine. Pour le consommateur final, compte tenu de la croissance de la base d’utilisateurs et de l’augmentation des services mobiles à haut débit « vidéo HD/UHD, services AR/VR, jeux en nuage », de l’accès fixe sans fil, des Smart City use cases, etc., le trafic continuera à se développer et de croître pour atteindre 100 Go par habitant en 2025 et 250 Go en 2030. Pour revenir à la Tunisie, il est important de mettre l’accent sur les cas d’usage envisageables de manière sectorielle et spécifique à chaque domaine d’activité ainsi que leurs retombées. Ceci dans le but de s’adapter à l’environnement socioéconomique national. Comme l’ont bien compris les autorités nationales, le but final est de cerner les cas d’usage de la 5G avant son déploiement afin d’en réussir le succès et l’amortissement à long terme. C’est le seul moyen de s’assurer de contribuer à réaliser les grands objectifs que s’est fixés la Tunisie dont l’amélioration de la pénétration du très haut débit, le renforcement de la compétitivité et de l’attractivité du pays pour les investissements étrangers ainsi que la modernisation et la digitalisation de la société tunisienne.

Vous avez participé récemment avec l’Aicto à la présentation d’un Livre blanc sur la cybersécurité dans le monde arabe. Quelle est l’importance de la cybersécurité pour Huawei et comment pouvez-vous aider les pays arabes à mieux se prémunir ?

Certes, le développement rapide du numérique entraîne des transformations aussi profondes que prometteuses, mais il ne faut pas minimiser les risques qui les accompagnent. La défense des écosystèmes numériques est un enjeu central pour la sécurité des Etats comme des entreprises. Cette souveraineté numérique ne peut être protégée que par un volontarisme politique fort, reflété par l’élaboration de stratégies nationales dédiées à la cybersécurité.La cybersécurité est un domaine vaste et complexe, où les acteurs publics ne peuvent faire cavalier seul. Dans le but de construire une réponse adaptée aux nouveaux enjeux du numérique, il est crucial de mobiliser le secteur privé comme le secteur public, et non plus les opposer. Globalement, les acteurs du numérique doivent s’associer aux Etats, aux opérateurs, aux autorités de régulation et à la société civile : cette synergie est nécessaire pour bâtir les meilleurs écosystèmes.

La cybersécurité est donc liée à la souveraineté numérique. Les Etats doivent pouvoir contrôler la manière dont leurs canaux de communication sont protégés. Cette protection repose sur deux piliers. Le hardware, d’une part, par la création de data centres. Des centres de données installés localement permettent aux acteurs locaux de garder le contrôle sur leurs écosystèmes numériques, et d’appliquer leur propre législation. Le software, d’autre part. Il est nécessaire de mettre en place des politiques d’éducation aux enjeux numériques, dans des centres de formation ou des hubs technologiques, où des développeurs, des experts nationaux, des chercheurs et des étudiants peuvent échanger et acquérir des compétences digitales. La cybersécurité est également un élément important qui favorise l’intégration de l’économie numérique régionale. Dans ce sillage, lors du Forum Aicto pour la cybersécurité, les opportunités et les défis liés à la sécurité du cyberespace arabe ont été mis en lumière par l’Aicto afin de stimuler l’importance de la coopération commune dans ce domaine visant à soutenir l’intégration arabe vers un espace sûr qui apportera la prospérité aux peuples de la région. Cet événement s’est inscrit dans une démarche de réflexion et d’échanges visant à renforcer la sécurité de l’internet et la protection des données numériques en mettant en commun les investissements dans la recherche, les technologies et le développement industriel en matière de cybersécurité dans le monde arabe. L’accent a été mis sur l’adaptation aux questions d’actualité et aux évolutions technologiques, en particulier la crise sanitaire de Covid-19 et les risques générés en matière de cybersécurité. En soutenant ce genre d’initiative, Huawei œuvre à un climat de confiance quant au digital.

Cela passe par une philosophie de transparence avec le public. Il faut mettre en lumière les risques en matière de cybersécurité et communiquer autour des défis que nous devons relever. Ainsi la cybersécurité continue à être notre priorité absolue : nous pensons que la cybersécurité et la protection de la vie privée reflètent la force d’une entreprise. Dans chaque bureau Huawei, nous fabriquons des produits sûrs et fiables et pour que le monde du numérique soit toujours plus sécurisé. Huawei garantit que son engagement et son attachement à la cybersécurité passeront toujours au-dessus de la considération de ses intérêts commerciaux.

Vous avez organisé le 15 novembre dernier le forum Seeds for future et ICT Academy qui sont les programmes CSR phares de Huawei. Pouvez-vous nous donner un bref rappel sur l’importance de cette édition spéciale qui a concerné la Libye et la Tunisie ?

La vision de Huawei est d’apporter le numérique à chaque personne, foyer et organisation pour un monde entièrement connecté et intelligent. La formation des talents est importante afin d’atteindre cet objectif.

Huawei investit chaque année des ressources importantes pour travailler avec les gouvernements et les partenaires dans le but de développer et constituer un écosystème de talents en TIC sain et performant. C’est dans ce sens que Huawei s’investit fortement, à travers le déploiement de programmes de formations d’ampleur, tels que Huawei ICT Academy ou encore le programme Seeds for the Future. Tous visent à mettre la jeunesse en situation de pouvoir tirer profit des opportunités qu’offre la révolution numérique.

Notre présence depuis 1999 en Tunisie a été marquée par notre fort engagement pour l’éducation et la formation des jeunes aux TIC. Nous n’avons jamais cessé de travailler avec le gouvernement tunisien pour développer et transformer la Tunisie en une plaque tournante régionale pour les talents des TIC. La convention Seeds for the Future a officiellement démarré en 2015 en Tunisie. Et cette année, pour la première fois dans l’histoire, nous avons signé la convention Seeds for the Future avec le gouvernement libyen. Plus de 40 étudiants des deux pays ont vécu une semaine de formation ensemble, ce qui a permis de renforcer les liens et d’échanger culturellement.Par ailleurs, grâce à un partenariat stratégique entre Tunisie Huawei et les universités tunisiennes, nous avons cofondé ICT ​​Academy dans plus de 60 universités. A ce jour, plus de 4 000 étudiants ont participé et terminé les cours en ligne et plus de 600 étudiants ont été certifiés en R&S, IA, Cloud, Security, 5G, IOT, Storage, Big Data et WLAN. À partir de 2021, nous avions également établi un partenariat avec l’ICT Academy avec 4 universités libyennes et le ministère libyen de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Nous poursuivrons nos investissements dans ces deux programmes à l’avenir, tant en Tunisie qu’en Libye.

Chez Huawei, l’employabilité des jeunes est au cœur de nos préoccupations.

Il est essentiel d’orienter les jeunes vers des formations aux métiers des TIC, qui sont pourvoyeurs d’emplois. Enfin, nous considérons L’EduTech comme le rempart idéal contre les inégalités d’accès à l’éducation. Pour que cette opportunité se réalise, il faut investir dans des infrastructures solides. Notre expertise en la matière nous permet de cerner les besoins des États, en partenariat avec les gouvernements locaux, les opérateurs et la société civile. Le développement de la 5G et de l’internet haut débit est concomitant à l’essor de la digitalisation des plateformes d’enseignement. De meilleurs débits assureront une fluidification des usages.

Comment se présente l’année 2022 pour vous et quels sont les évènements et les innovations envisagés par Huawei ?

En 2022, nous allons continuer à fournir des solutions adaptées au contexte de chaque pays. Nous souhaitons continuer à faire profiter la Tunisie de nos technologies Tic telles que l’intelligence artificielle, le Cloud, la 5G, etc.

Nous souhaitons également soutenir l’écosystème des Tic afin de développer des applications industrielles capables de libérer le potentiel de ces technologies. Notre objectif est d’aider d’un côté les entreprises à développer leurs activités, et de l’autre les gouvernements à stimuler l’industrie nationale. Tout ceci devra profiter, en premier lieu, aux citoyens.

Notre stratégie en Tunisie consiste à fournir aux individus, aux entreprises ainsi qu’aux organisations un socle technologique sur lequel ils pourront greffer leurs activités quotidiennes afin de gagner en efficacité et de favoriser leur développement socioéconomique. Il est important pour que cela soit possible de mettre en place un réseau Internet haut débit solide, accessible même dans les endroits les plus enclavés, pour garantir une connectivité universelle.

Comme nous l’avons fait depuis notre installation en Tunisie en 1999, nous continuerons à soutenir les opérateurs tunisiens, à offrir une meilleure expérience de réseau à la population et à appuyer la digitalisation des entreprises privées et publiques.

Nous travaillons à être un partenaire de confiance pour tous nos vis-à-vis. Nous voulons nous engager non seulement à court mais à long terme, en nous référant à nos bons résultats et à notre expérience.

Mots clés:
  • pouvez-vous apporter des téléphones huawei en nous