Test du Galaxy A52s 5G : la relève est bien assurée

Chez Samsung « smartphone milieu de gamme » se prononce « Galaxy A », famille dont nous vous parlons régulièrement ici. Normal : les Galaxy A assurent le gros des ventes en France chez le Coréen. Le Galaxy A52s, disponible depuis peu, dispose sur le papier d’un certain nombre d’atouts.

Et comme on n’est jamais en manque d’une bonne idée à la Rédaction, on a décidé de passer en revue les arguments mis en avant par le constructeur afin de vérifier si ce A52s valait vraiment le détour.

Sommaire

Prix et disponibilité du Galaxy A52s 5G

Le Galaxy A52s 5G est disponible depuis mi-septembre au prix public conseillé de 459 € (hors abonnement ou subvention). Il n’est proposé en France qu’en une version 6 Go RAM/128 Go Flash en quatre teintes : noir, blanc, lavande et menthe.

Galaxy A52s 128 Go au meilleur prix Prix de base : 459 € Samsung459 € Consultez l'offreAmazon -22% 357 € Consultez l'offreRakuten -20% 368 € Consultez l'offreCdiscount -18% 377 € Consultez l'offreeBay -13% 398 € Consultez l'offreFNAC459 € Consultez l'offre Voir plus d'offres

Plus de puissance ?

Le Galaxy A52s embarque un SoC Snapdragon 778G 5G. Conçu par Qualcomm afin de fournir de bonnes performances en milieu de gamme, il reprend l’essentiel des technologies du Snapdragon 888, qui équipe les flagships de l’année. La gestion de l’affichage est sans surprise confiée à l’Adreno 642 L. L’ensemble est épaulé par 6 Go de mémoire de travail et dispose de 128 Go de stockage interne, extensible par l’ajout d’une carte micro SD.

Tout cela laisse augurer une puissance de traitement satisfaisante, ce que confirment nos tests . Sans faire jeu égal avec les flagships du moment, il saura exécuter les applications gourmandes en ressources système sans problème notable. Côté jeux, on a pu profiter de Genshin Impact en niveau de détail élevé à 30 im/s sans constater de saccades. Call of Duty mobile reste lui aussi parfaitement jouable sans avoir à sacrifier quoi que ce soit en matière de détail.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron

À propos de jeux, on n’hésitera pas à activer Game Center, l’utilitaire regroupant les jeux installés sur l’appareil. Il dispose d’un ensemble de paramètres destinés à optimiser l’expérience de jeu, quitte à réduire l’autonomie. Il apporte par exemple un confort d’utilisation non négligeable en autorisant par exemple le blocage temporaire de certaines notifications ou en privilégiant les performances au détriment de l’autonomie.

Pas de problème non plus pour les applications de la vie quotidienne, ni pour les montages vidéo traditionnels ou la retouche photographique. Les 6 Go de mémoire vive autorisent un fonctionnement fluide d’Android 11 et de la surcouche maison OneUI 3.1. Pas de problème de fluidité en fonctionnement multitâche, à condition de ne pas laisser une vingtaine d’applications ouvertes !

À n’en pas douter, les améliorations en termes de puissance par rapport au Galaxy A52 5G sont spectaculaires. Si vous cherchez un smartphone puissant mais pas hors de prix, alors le Galaxy A52s 5G vous comblera sur cet aspect. Les joueurs apprécieront le confort apporté par la puissance disponible.

Un écran digne des haut de gamme ?

Samsung sait équiper ses smartphone premium d’écrans de qualité. Mais qu’en est-il pour le milieu de gamme ? Celui du Galaxy A52s utilise une dalle Super Amoled de 6,5 ’’ affichant 1080 x 2400 pixels en format 20:9ème (densité de 405 ppp). Une perforation, située à l’extrémité haute de la médiane, héberge la caméra avant. Samsung annonce une luminosité en pointe pouvant atteindre 800 nits. On veut bien le croire, tant l’écran reste lisible en plein soleil.

Côté colorimétrie, Samsung pèche toujours en boostant un peu les couleurs afin de rendre l’image plus flatteuse à l’œil. On pourra rectifier cela en choisissant le mode d’affichage « naturel » dans les paramètres. Enfin, malgré une compatibilité HDR10 détectée par nos outils de test, celle-ci n’apparaît nulle part dans la fiche technique.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron

Test du Galaxy A52s 5G : la relève est bien assurée

Qu’il s’agisse de reproduire des images fixes ou animées ou d’afficher une interface, l’écran du Galaxy S52s se montre à la hauteur. L’image qu’il produit s’avère effectivement digne des écrans équipant les modèles haut de gamme.

Visualiser un film ou une série est un véritable plaisir, surtout avec un casque. Seule la présence de bordures noires un peu épaisses au regard des standards actuels et l’absence de courbure des bords façon waterfall rappellent qu’il s’agit d’un produit de milieu de gamme. Vu la qualité de l’image, on oublie très vite ces deux petits inconvénients !

Une meilleure qualité photo ?

Samsung a-t-il raison de mettre en avant l’amélioration de la qualité photographique du Galaxy A52s ? Avant de répondre, rappelons tout de même que le Galaxy A52, son prédécesseur, nous avait impressionnés par la qualité des images produites.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron

La caméra dorsale du A52s se compose trois modules de prise de vue, le quatrième ne servant qu’à enregistrer les informations de profondeur de champ :

© Marc Mitrani pour Presse-Citron

La caméra frontale embarque un capteur de 32 Mpxl (1/2, 8’’, photosites 0,8 µm) ainsi qu’un objectif 26 mm f/2,2.

Samsung ne s’est donc pas vraiment cassé la tête et reprend à l’identique la configuration photographique du Galaxy A52. Ce n’est pas pour nous déplaire, car l’ensemble était déjà plutôt réussi.

Ultra grand-angle © Marc Mitrani pour Presse-Citron
Module principal © Marc Mitrani pour Presse-Citron
Zoom 2x © Marc Mitrani pour Presse-Citron

L’image produite en extérieur par le module principal s’avère convaincante et détaillée. En ultra grand-angle, un manque de piqué sur les bords de la scène fait son apparition, amoindrissant la netteté des détails. En zoom 2x, pas de problème notable à souligner et l’image s’avère bonne.

Zoom 4x © Marc Mitrani pour Presse-Citron
Zoom 10x © Marc Mitrani pour Presse-Citron

On note en zoom 4x l’apparition d’un léger moutonnement sur les détails les plus fins, dû au lissage appliqué par l’IA et amplifié par la compression Jpeg. Le résultat reste tout à fait exploitable et l’on peut même se payer le luxe d’un recadrage. Sans surprise, les images en zoom 10x sont nettement moins bonnes, l’algorithme de traitement d’images faisant ce qu’il peut afin de recréer les infos manquantes.

En luminosité moindre ou en mode nuit, le résultat s’avère là aussi convaincant avec le module principal. Il souffre des mêmes défauts en ultra grand-angle ou lors de l’utilisation du zoom, avec en prime un bruit numérique croissant avec le facteur de grossissement. On reste toutefois à un niveau fort acceptable compte tenu du positionnement tarifaire de l’A52s.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron
© Marc Mitrani pour Presse-Citron

Le mode portrait effectue un bon boulot en créant intelligemment un flou d’arrière-plan artificiel. Bien sûr, l’IA se fait parfois piéger sur les scènes complexes, mais rien de véritablement dramatique.

Mode portrait © Marc Mitrani pour Presse-Citron
Mode portrait © Marc Mitrani pour Presse-Citron

La prise de vue macro produit quant à elle une image satisfaisante grâce à un capteur dédié de 5 Mpxl. Il faut toutefois prendre le soin de positionner l’appareil entre 3 et 5 cm maxi de l’objet à photographier et éviter les tremblements afin de ne pas produire une image floue.

Macro © Marc Mitrani pour Presse-Citron

Un mot pour finir sur la caméra frontale, dont nous n’attendions pas grand-chose. Nous avions tort : elle produit de belles images en plein jour, un peu moins belles en faible luminosité. Le mode autoportrait s’avère aussi performant le mode portrait de la caméra dorsale. Une sympathique surprise qu’apprécieront les amateurs de selfies.

Lorsque Samsung affirme que le Galaxy A52s produit « de meilleures photos », il n’est pas tout à fait exact. Si les images sont effectivement de très bonne qualité, elles ne sont pas meilleures que celles des modèles précédents. Ce qui n’est pas vraiment un problème, le Galaxy A52 5G s’étant fait honorablement remarquer pour la qualité de sa production.

Plus d’autonomie ?

Le Galaxy A52s embarque une batterie Li-Po de 4500 mAh que l’on charge en passant par le port USB-C (pas d’induction, réservée à la gamme S). Samsung annonce fièrement que l’on peut passer d’une capacité de 0 à 50 % en 30 minutes grâce à la charge rapide. C’est sûrement pour cela que le constructeur n’a jugé utile de ne fournir qu’un bloc secteur 10 Watts… Vous nous trouvez cyniques ? Vous avez raison.

Et pour tout dire, nous préférerions que Samsung ne fournisse plus rien plutôt que de se contenter d’un modèle qui ne fait pas le boulot annoncé. Sans perdre de vue que la concurrence fait bien mieux. Certains, comme Oppo ou realme, proposent un passage de 0 à 100 % en une trentaine de minutes sur les modèles concurrents. Enfin, passons.

Mode geek

En utilisation raisonnée, le Galaxy A52s tiendra au moins 1,5 jours, voire deux journées complètes si l’on prend soin d’ajuster les paramètres d’économie d’énergie. On évitera les sessions de jeu trop longues, le visionnage de l’intégrale de Game of Thrones et surtout on prendra soin d’abaisser la fréquence de rafraîchissement de l’écran tout en activant la luminosité adaptative. Dans le même ordre d’idées, on désactivera l’affichage always on, toujours consommatrice d’énergie.

Sans surprise, l’autonomie prend un petit coup en mode geek. Lors de nos tests, nous avons tout de même dépassé une journée complète, sans trop abuser des jeux 3D. Bien entendu, il ne s’agit ici que d’estimations, l’autonomie dépendant fortement de l’utilisation faite. Par exemple, laisser Facebook et Instagram tourner en permanence pourra pomper jusqu’à 15 % supplémentaires. Là aussi, il faudra penser à activer les mécanismes dont est doté l’appareil afin d’empêcher l’activité superflue lorsqu’une application est en tâche de fond.

Le Galaxy A72s offre-t-il une plus d’autonomie, comme le clame Samsung ? Si l’on s’en tient à ce que proposait le Galaxy A52, la différence n’est pas flagrante, ce dernier étant jugé très bon lorsque Romain l’avait testé. Elle est reste dans la moyenne haute de ce que proposent les smartphones de la catégorie. Ce n’est déjà pas si mal si l’on se souvient que la consommation d’énergie est traditionnellement le point faible des produits du coréen.

Et aussi…

Design : le plastique, c’est fantastique

Le Galaxy A52s reprend les bonnes vieilles recettes de la gamme : verre gorille 5 de Corning sur la face avant, plastique à l’arrière. Et entre les deux, un châssis de polyuréthane façon métal. Les touches de commandes prennent place sur le flanc droit, les connecteurs sur la face inférieure tandis que le tiroir recevant les cartes (SIM et micro SD) trouve refuge sur la face haute.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron
© Marc Mitrani pour Presse-Citron

Détail intéressant, la caméra dorsale se fond plus agréablement dans la coque, un peu à la façon de ce que proposait le Find X3 Pro (c’est plus simple avec du plastique qu’avec du verre). Le plastique utilisé bénéficie d’une finition mate pas désagréable à l’œil.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron
© Marc Mitrani pour Presse-Citron

Malgré cela, la face arrière réussit le double exploit de se salir facilement en captant les empreintes — moins qu’une surface en verre, il est vrai — tout en dégageant une inquiétante sensation de sensibilité aux rayures. Il semblerait que les autres couleurs (notamment le vert et le violet) soient moins sensibles aux salissures que le noir de notre modèle de test.

Bon point en revanche pour la certification IP67 assurant une étanchéité à la poussière et aux éclaboussures, voire à une courte immersion.

Audio : correct

Évacuons tout de suite la question : oui, le Galaxy S52s dispose d’un jack audio 3,5 mm. Cela ravira les amateurs de vieilleries, tout en prouvant avec éclat que l’argument pas-de-place-à-cause-des-antennes-5G avancé pour certains modèles serait un peu tiré par les cheveux.

© Marc Mitrani pour Presse-Citron

Sans être exceptionnels, les écouteurs fournis autorisent une écoute agréable de musique. On pourra améliorer le rendu global en personnalisant l’audio à l’aide de la fonction adapt sound, ou encore profiter de la compatibilité Dolby Atmos.

Le Galaxy A52s embarque deux haut-parleurs situés sur les faces haute et basse. Le son qu’ils produisent s’avère correct sans être remarquable. Les bas médiums et les aigus se détachent bien tandis que les basses restent à la traîne. Rien de bien surprenant pour un produit ayant aussi peu de volume en caisse de résonance. On pourra quand même envisager le visionnage de séries ou de clips sans passer par un casque ou une enceinte externe, mais sûrement pas pendant des heures.

Samsung Galaxy A52s 5G : ce qu’on en pense

Sans aucun doute possible, le nouveau venu offre tout ce que l’on est en droit d’espérer d’un bon smartphone de milieu de gamme.

Outre un excellent écran, des performances revues à la hausse et une autonomie très correcte, on apprécie la présence d’un mode photo de bonne tenue et accessoirement la certification IP67. Carton rouge en revanche pour la fourniture d’un adaptateur électrique sous-dimensionné qui ne rend pas justice à la charge (presque) rapide implémentée.

Avec une augmentation de prix très contenue (+10 € par rapport au A52 5G), le Galaxy A52s est on ne peut plus recommandable.

Galaxy A52s

459€8.2

Écran et audio

8.5/10

Performances et interface

8.5/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

8.0/10

Rapport techno-prix

8.0/10

On aime

On aime moins

Mots clés:
  • où est le presse-papiers sur le téléphone samsung