Samsung Galaxy A22 5G, ni excellent, ni mauvais

Annoncé en janvier dernier, le A32 5G détenait pour le moment le titre officiel du smartphone le plus abordable de Samsung proposant la dernière génération de réseau mobile. Passation de pouvoir en ce début d’été, puisque cet honneur échoit désormais au Galaxy A22. Proposé au tarif de 259 euros avec une configuration unique, 4 Go de RAM et 128 Go de stockage, ce nouveau petit prince saura-t-il nous faire meilleure impression que son prédécesseur ? Et surtout aura-t-il assez d’atouts dans sa manche pour éclipser sa version 4G, plus alléchante sur le papier ?

Galaxy A22 5G 128 Go au meilleur prix Prix de base : 259 € Samsung259 € Consultez l'offreRakuten268 € Consultez l'offreAmazon279 € Consultez l'offre Voir plus d'offres

Sommaire

Propre en toute circonstance

Il existe une différence entre utiliser un smartphone durant 3 semaines pour un test et l’utiliser au quotidien pendant de longs mois. Parfois, des petites pailles insignifiantes peuvent, à la longue, devenir de véritables poutres. C’est à mon sens, le cas des revêtements qui prennent trop rapidement les traces de doigts. Au début, ce n’est pas gênant, on chouchoute son nouveau mobile, on le nettoie régulièrement, on le traite avec égard. Puis, plus le temps passe, plus cette facilité à se salir rapidement devient vite insupportable. Assez rare pour le souligner, le dos en plastique mat de ce A22 est à la fois doux et presque imperméable aux traces, à la poussière, aux miettes de tabacs et autres joyeuseries qui trainent dans mes poches. Il est resté propre comme un sou neuf en toutes circonstances.

Et c’est d’ailleurs bien sa plus grosse satisfaction niveau design car pour le reste, Samsung ne se foule pas trop. De larges bordures aux finitions abruptes, une encoche en forme de goutte d’eau pas vraiment discrète et un bloc photo aux contours arrondis, des plus classiques. De l’entrée de gamme, pur et dur. Un seul haut-parleur en bas, juste à côté de la sortie USB-C et jack 3,5 mm. A gauche l’emplacement pour carte SIM et à droite les boutons de volumes, ainsi que le bouton d’alimentation qui sert également de capteur d’empreintes. Un mode déverrouillage qui ne s’avère d’ailleurs pas des plus réactifs.

La première journée en main, il nous a paru plutôt léger. Lors des jours suivants, nous l’avons trouvé un peu plus emprunté. L’explication était toute trouvée, juste avant de le recevoir nous avions testé l’imposant Wiko U30… Après vérifications, ce A22 n’est en effet pas aussi svelte qui n’y paraît : 76,4 x 167,2 x 9 mm pour 203 grammes. L’utilisation à une main est possible, mais elle sera beaucoup plus rare que celle avec les deux.

Performances, Docteur Jekyll et Mister Hyde

Avec son processeur MediaTek Dimensity 700, sa puce graphique Mali-G57 MC2 et ses 4 Go de mémoire vive, le A22 5G est plutôt véloce pour sa gamme de prix. Pour toutes les tâches quotidiennes, il remplira son rôle sans aucun problème (navigation web, réseaux sociaux, streaming vidéo, bureautique basique…). D’autant qu’il propose un taux de rafraichissement de 90 Hz, non adaptatif, mais qui fait toujours plaisir. Même pour des tâches plus gourmandes, comme du jeu 3D léger il peut faire l’affaire. On dit bien « léger », oubliez de suite les jeux les plus gourmands du Play Store, nous n’avons même pas réussi à installer « Fortnite », c’est dire.

Samsung Galaxy A22 5G, ni excellent, ni mauvais

Par contre, dès que sa batterie passe sous la barre des 20%, c’est le jour et la nuit. La navigation affiche de nombreux ralentissements, passez de l’appareil photo à sa galerie d’images prend littéralement 5 secondes et le lancement des applications devient plombant. Très étonnant. Que les performances d’un smartphone ralentissent quand la batterie est proche du néant, c’est compréhensible, mais là, même avec 18% de batterie, il traine vraiment la patte.

Du coup, son autonomie en devient presque cruciale. Heureusement sa batterie de 5000 mAh fait bien son boulot. Pour un smartphone normal avec un usage modéré, il tiendrait facilement 1 journée et demie. Pour un smartphone comme lui, un poil schizophrène, disons qu’il tient facilement une journée. À comprendre qu’il reste dans ce laps de temps au dessus des 20% de batterie. Par contre, une vraie tortue lorsqu’il s’agit de prendre des forces. Il faut compter environ 57 minutes pour 50% et 1h24 pour 80%. On a souvent vu mieux, on a plus rarement vu pire.

Écran, à prendre ou à laisser

C’est plutôt un grand gaillard avec son écran de 6,6 pouces, une dalle LCD d’une définition Full HD+, soit 2408 x 1080 pixels. Le rendu colorimétrique est fidèle à ce qu’aime proposer le constructeur sud-coréen, à savoir des couleurs vives bien prononcées, notamment sur le rouge et le bleu. On aime ou pas ce petit côté exagéré. Et puis au pire, Samsung propose presque toujours dans les options deux modes d’affichage comme par exemple « Normal », avec des couleurs plus naturelles et ce fameux mode « Saturé ». Sauf que là, non…

Aucune option de personnalisation de la colorimétrie n’est disponible…

Après plusieurs minutes dans les paramètres, il faut s’avouer vaincu et se contenter du calibrage proposé par défaut. C’est dommage de ne pas avoir le choix, d’autant que le taux de contraste est bon et que la luminosité maximale est convenable. Après, vu le temps de ce mois de Juillet, nous ne l’avons pas non plus testé pendant des heures et des heures en plein soleil…

Photo, du grand classique pour ce prix

La configuration photo du Galaxy A22 5G est sans surprise pour un smartphone à ce prix, à savoir :

D’emblée, remercions Samsung qui a eu l’excellente idée de ne pas intégrer un objectif macro, un capteur souvent inutile pour le commun des mortels. En condition de bonne luminosité, sans surprise, il est plutôt à l’aise. Le rendu foisonne de détails, les couleurs sont justes, quoique parfois un peu saturées et la gestion des contrastes est acceptable.

Nous avons été agréablement surpris par le mode 48 mégapixels pour capturer des photos de paysages en fin de journée. La gestion des lumières ne souffre presque d’aucun défaut et le rendu est vraiment joli.

En mode ultra grand-angle, sans surprise là aussi, on perd en netteté notamment sur les bords extérieurs de la photo. La gestion des couleurs est aussi plus hasardeuse, on s’en rend bien compte pour le ciel qui vire presque au blanc.

Plus la luminosité baisse, plus le A22 présente du bruit numérique en arrière-plan du cliché. Le mode « Nuit » permet de rattraper un peu les choses, les photos deviennent plus lumineuses et plus fidèles à la réalité, par contre il vous faudra faire preuve d’une immobilité religieuse durant la prise de vue. Si vous êtes dans un environnement urbain a minima éclairé. Dans une situation de nuit complète, il ne pourra malheureusement pas faire grand chose. Enfin, la caméra frontale est peu trop sujette au contre-jour à notre goût, il faudra constamment bien veiller à faire la mise au point.

Une version 4G alléchante… sur le papier

Le Galaxy A22 existe également dans une version 4G (219 euros) que nous avons pu prendre rapidement main, sans pouvoir la tester de fond en comble. Trois différences notoires existent entre ces faux frères.Samsung souhaite positionner son modèle 4G comme la porte d’entrée vers son savoir-faire en matière de dalle puisque ce smartphone possède un écran Amoled de 6,4 pouces à la définition HD+. Le module photo se pare d’un capteur macro et l’ultra grand-angle passe à 8 mégapixels. Enfin, ce modèle 4G affiche un processeur, encore une fois sur le papier, moins puissant, à savoir le SoC MediaTek Helio G80. Il sera difficile de dire si une déclinaison est meilleure qu’une autre.

Tout dépend de vos souhaits.Soit vous souhaitez vous positionner sur de la 5G avec un processeur véloce, soit vous préférez profiter d’un écran Amoled aux petits oignons tout en économisant 40 euros. Par contre, si pour vous la photographie n’est qu’accessoire, n’oubliez pas non plus le Xiaomi Redmi Note 10 5G. En effet, bien que sa configuration photo soit un peu décevante, il est plus puissant, plus endurant et affiche des finitions plus abouties que le A22 5G. Enfin, bien que plus salissant et ne disposant pas de One UI 3.1, l’interface logicielle Android la plus aboutie à selon nous, l’Oppo A54 5G a aussi quelques beaux arguments à faire valoir.

Galaxy A22 5G 128 Go au meilleur prix Prix de base : 259 € Samsung259 € Consultez l'offreRakuten268 € Consultez l'offreAmazon279 € Consultez l'offre Voir plus d'offres

Notre avis sur le Samsung Galaxy A22 5G

Entre l’Oppo A54 5G (260 euros) et le Xiaomi Redmi Note 10 5G (270 euros), le Galaxy A22 5G savait qu’il allait fort à faire pour devenir la nouvelle référence d’entrée de gamme sur la 5G. D’autant qu’il confirme une tendance de fond, pour proposer le dernier standard de la téléphonie mobile, tout en conservant un prix réduit, il faut faire des choix. Ceux du Galaxy A22 5G ne sont pas mauvais : l’écran est agréable, les performances sont au rendez-vous tant qu’il a du jus et l’appareil photo fait le boulot. Sans faire de vagues, il arrive à faire ce que l’on attendait de lui. Pourtant, à vouloir être moyen partout, il lui manque ce grain de folie qui l’aurait rendu inoubliable.

Samsung Galaxy A22 5G

259€8.5

Design et finition

9.5/10

Ecran et audio

9.5/10

Performances

8.0/10

Autonomie et recharge

7.5/10

Rapport techno-prix

8.0/10

On aime

On aime moins

Mots clés:
  • où est le presse-papiers sur le téléphone samsung